Témoignages

Christian Hubert

Programme FAIT (2012-2013)

Avant FAIT : ma limitation (trouble d’anxiété généralisée) a contribué à mon isolement et à une perte d’espoir globale. J’avais abandonné mes études universitaires et j’étais bénéficiaire de l’aide sociale.

Dès la première rencontre avec une intervenante, je me suis senti bien. Elle m’a mis à l’aise et j’ai senti de la considération et du respect. Je craignais d’être infantilisé (on tend à avoir ce comportement envers les gens qui ont un trouble d’anxiété généralisée). Toutefois, il n’en a jamais été ainsi. En réalité, chez SAIME, on prône plutôt la prise de pouvoir sur sa vie. Cette prise de pouvoir a été pour moi confrontante, mais en même temps a favorisé mon rétablissement.

Au départ, je ne me demandais pas si j’allais retourner aux études ou au travail. Toutes ces considérations étaient loin de moi. En fait, je venais ici pour rester en vie, pour sortir de ma coquille. Puis, les choses se sont précisées. Progressivement, j’ai gravi les marches une à une. D’abord, en faisant du travail sur moi, puis en m’impliquant dans une action bénévole. Par la suite, je me suis préparé à des simulations d’entrevue, puis j’ai entrepris des démarches pour trouver un milieu de stage. En somme, ma participation a permis que je me réinstalle parmi les vivants, que je me sorte de la torpeur dans laquelle je m’étais installé, notamment en suivant un horaire régulier, en rétablissant un réseau de contacts et un cercle social qui va au-delà du SAIME. Actuellement, je m’implique encore dans l’organisme où j’ai fait mon bénévolat et j’ai un emploi dans le milieu où j’ai fait mon stage FAIT. Les choses que j’ai apprises dans le programme sont transférables dans mon milieu de travail et dans ma vie en général.

Également, je suis une personne de nature passionnée. Toutefois, avant FAIT, je m’étais déconnecté d’une portion de cette partie de moi. Par le SAIME, j’ai eu l’occasion d’agir notamment comme agent de recherche pour un projet en sciences sociales. Cette expérience positive m’a permis de reprendre contact avec des objets de passion et m’a permis d’effectuer un retour aux études.

Enfin, l’appui indéfectible des intervenantes et leurs feedbacks pertinents, l’hétérogénéité des points de vue des participants du groupe et la formation FAIT m’ont permis de faire une réflexion à propos de mon trouble anxieux, de savoir comment parler de cette limitation de façon acceptable pour moi, sans avoir l’impression de mettre mes trippes sur la table. Cela m’a été très bénéfique.

Au cours du programme FAIT, j’ai mis des choses en place pour m’aider à mieux gérer mon trouble d’anxiété généralisée (ex : intégrer la course à pied comme hygiène de vie) et j’ai poursuivi mon apprentissage dans la gestion de ce trouble. Aujourd’hui, je vis encore des périodes difficiles, mais elles ne m’écrasent plus comme cela pouvait arriver avant.

Un conseil d’ami à donner à quelqu’un qui hésite à participer au programme : ÇA PEUT SERVIR À ARRÊTER D’AVOIR HONTE DE SOI.

Johanne Major

Programme FAIT (2013-2014)

Je voulais voir ma vie changer pour le mieux et je l’ai vu. Le programme FAIT fut pour moi le début d’un grand et beau changement. J’ai particulièrement apprécié les ateliers d’échanges et d’apprentissage. Cela m’a permis de partager mon vécu, et d’en faire bénéficier le groupe. Je me suis sentie comprise, supportée et encadrée. Toutes les conseillères sont passionnées par leur métier et elles m’ont donné envie de devenir une de ces femmes formidables.

Professionnellement, je me suis permise de m’ouvrir davantage, de faire de nouvelles connaissances, de croire en moi et d’apprendre de mes expériences et de mes échecs. Au point de vue personnel, je suis plus sociable, je m’exprime plus facilement et je crois en mes capacités.

Mon stage m’a permis de confirmer que mon rêve est de travailler dans le domaine communautaire comme intervenante. Suite à ma participation au programme FAIT, j’ai effectué les démarches en vue d’être admise à l’université. À l’automne 2014, j’ai débuté une formation qui me permet de voir ma passion se concrétiser. Même à 43 ans, l’avenir me sourit!

Si vous avez des doutes ou des appréhensions concernant votre présent, ne vous laissez pas abattre par les refus, les déceptions et les murs qui se dressent devant vous. Contournez les obstacles et foncez, votre rêve vous attend!

Nancy Cinq-Mars

Programme AGIR (2014)

J’ai beaucoup aimé le programme AGIR. J’ai appris à mieux me connaître et à développer de nouvelles attitudes face au marché du travail. Les ateliers de connaissance de soi et la communication orientée vers les besoins m’ont donné des outils pour avancer dans le marché de l’emploi, même si je n’avais pas beaucoup d’expérience de travail.

J’ai trouvé difficile de faire mes appels pour obtenir un stage mais j’ai persévéré et j’ai pu montrer que j’étais capable, même si je n’avais pas de cours comme préposée aux bénéficiaires. Mon stage s’est vraiment bien déroulé et j’ai reçu beaucoup de bons commentaires.

Le programme AGIR m’a permis d’être encore plus motivée pour faire un diplôme d’études professionnelles (DEP) dans le domaine de l’assistance aux bénéficiaires. J’ai plus confiance en moi et aux autres et je connais plus de gens à Rimouski. Les intervenantes sont là pour vous, jusqu’à la fin et même après. Ca vaut la peine de se motiver!

Eric Roussel

Programme PARS (2012)

J’ai participé au programme PARS en 2012. J’ai été très impliqué dans les discussions de classe et les cours de croissance personnelle. J’ai apprécié fabriquer des blasons qui reflétaient différentes facettes de ma personnalité. Certaines activités étaient plus difficiles, comme lorsque nous devions fabriquer, avec de l’argile, quelque chose qui représente ce que je déteste le plus dans ma vie.

Depuis ma participation, je contrôle mieux mes démons intérieurs, je suis en voie d’améliorer ma vie sociale. Les foules me rendent moins nerveux et j’ai rencontré ma conjointe,elle avec qui je partage toujours ma vie.

Je suis présentement en train de compléter une attestation d’études collégiales au Cégep de Rimouski en gestion informatisée.

Avant de rejeter le programme, pensez-y sérieusement. On y acquiert des outils sur le plan psychologique et spirituel qui vous serviront toute votre vie.

Michel Lecompte

Programme AGIR (2013)

J’ai complété le programme Agir. Cela m’a permis de sortir de mon isolement pour commencer à reprendre contact avec la société et trouver en moi certaines qualités. Au début, j’ai résisté mais en constatant l’attention, la disponibilité et le dévouement des conseillères, j’ai embarqué. J’y ai appris à faire des choix qui me conviennent, à explorer d’autres avenues. J’ai maintenant plus de soutien social et je m’implique dans une fraternité.

Ça a été difficile de me vendre auprès des employeurs, mais j’ai beaucoup aimé chercher un emploi en fonction de mes rêves, de ce qui est inné en moi. Pendant mon stage, je n’ai pas eu de difficultés à démontrer mes compétences, mais j’ai pris conscience que cet emploi n’était pas fait pour moi. Ça m'a incité à prendre des cours pour trouver un emploi et j’ai poursuivi ma démarche en participant à un programme destiné aux 50 ans et plus.

Je travaille maintenant comme cordonnier à temps partiel. Je reprends ma place dans la société et je redeviens responsable. Pour moi, SAIME m’a donné la force de continuer.

Si tu souhaites regagner de l’estime, de l’espoir, avoir des buts, être mieux avec toi-même et retrouver des rêves, alors vas-y à fond et vis le programme!

Stephan Marquis

Programmes CIBL'E (2011) et AGIR (2013)

Sceptique au départ, j’ai participé avec enthousiasme dès la 2ème ou 3ème rencontre. Les programmes CIBL'E et Agir m’ont permis de procéder à une profonde réflexion personnelle, à identifier mes forces et mes faiblesses dans une perspective d’avenir. J’ai apprécié l’ouverture d’esprit et l’absence de jugement des conseillères. J’ai vécu l’expérience comme un accompagnement. J’ai pu m’améliorer comme personne sans renier ma personnalité. Étant isolé depuis plusieurs années, ça a été difficile pour moi de casser la routine d’inaction. J’avais peu confiance en moi et je ne prenais aucune initiative.

Le stage a été pour moi un point tournant. J’ai choisi de faire du bénévolat dans un organisme communautaire. Même si je n’étais pas un employé, ce fut l’occasion de procéder comme si c’était le cas (lettre, CV, entrevue). Ce fut un succès et un excellent point de départ pour me mettre en action. J’ai aussi pu constater que je pouvais m’adapter et être compétent dans l’exécution de tâches qui m’étaient peu familières.

J’ai aussi développé une meilleure connaissance et une meilleure compréhension de moi-même et, par conséquent, plus de confiance en mes moyens. Mon esprit est davantage tourné vers l’avenir que vers le passé.

Je suis maintenant à un point dans la vie que je n’aurais jamais osé imaginer en 2011. Le programme CIBL'E m’a permis de découvrir un intérêt pour le métier d’assistant technique en pharmacie. J’ai entrepris une formation dans ce domaine dans le but d’obtenir bientôt un emploi dans une pharmacie d’un centre hospitalier.

Même si vous n’êtes pas certain, participez au moins à quelques rencontres pour vérifier si ça peut vous convenir, surtout que ces programmes peuvent très bien s’adapter à chaque personnalité. J’étais dubitatif et finalement, ça été plus positif que je ne le pensais !

Merci du fond du cœur à toutes les intervenantes, mon but n’est pas encore atteint mais n’est pas loin. Je vais y arriver!

Marco Rioux, propriétaire Atelier de débosselage Marco Rioux enr.

Programme CIBL'E 2

Suite à l’obtention de subventions salariales à l’embauche, j’ai été accompagné à deux reprises par une conseillère du SAIME dans le cadre du programme CIBL'E 2. Les rencontres avec l’employé, supervisées par la conseillère, m’ont plu et m’ont permis de discuter ouvertement des étapes franchies durant les semaines précédentes.

La subvention salariale et l’accompagnement professionnel ont un effet de patience sur le temps d’apprentissage du candidat. La conseillère prend aussi le temps de faire comprendre les différentes étapes d’intégration et ce, malgré qu’il soit parfois difficile de gérer le rythme de changement du participant.

Nadine

Programme CIBL'E 1

J’ai participé au programme CIBL'E en 2014. J’avais besoin d’écoute, d’accompagnement et surtout de comprendre pourquoi mes démarches antérieures ne menaient nulle part.

J’ai tout de suite aimé l’écoute, les conseils de ma conseillère. Au début, je trouvais difficile de croire en la démarche, mais dès la première rencontre, j’ai vraiment senti qu’on pouvait m’aider. J’ai compris que c’était un service d’accompagnement qui pouvait m’apprendre beaucoup de choses sur moi-même et aussi sur le regard que j’avais sur moi.

Suite à la démarche, je sais d’avantage que j’ai besoin de sortir de la maison, de travailler et d’être en contact avec des collègues de travail, ce qui m’a incitée à cesser de travailler de mon domicile et à accepter un emploi d’adjointe de direction.

Si vous hésitez, passez outre et laissez-vous aider!

Curieux de connaître les commentaires de personnes ayant utilisé nos services? Consultez les témoignages!